Nous utilisons des cookies pour vous garantir une meilleure expérience utilisateur sur notre site web. Si vous continuez à utiliser ce site, cela suppose que vous acceptez ceux-ci. En savoir plus

Sécurité au travail : comment reconnaître un TMS ?

Publié le : 27/10/2020 10:24:34 Catégories : News , Santé - Réduction de la pénibilité

Sécurité au travail : comment reconnaître un TMS ?

Tendinite, maux de dos, le secteur de la logistique est particulièrement touché par les risques de TMS ou troubles musculo-squelettiques. Saurez-vous les reconnaître si vous en êtes atteint ?

Qu’est-ce qu’un TMS

Un trouble musculosquelettique est une pathologie professionnelle qui survient à la suite d’une sollicitation trop intense ou trop fréquente d’une articulation, d'un tendon ou d’un muscle et qui provoque une gêne, voire une douleur aiguë.

Il ne s’agit pas ici d’une douleur provoquée par un excès de jardinage ou un déménagement effectué durant le week-end. Il s’agit de reconnaître une maladie professionnelle chronique causée par un environnement de travail, source de la pathologie. 

L’apparition d’un TMS

Un trouble musculo-squelettique est insidieux et met généralement des mois voire des années à s’installer. Une fois que la douleur est là, il est déjà bien souvent trop tard. C’est pourquoi il est important de poser un diagnostic de manière précoce pour éviter et stopper l’aggravation de la pathologie. 

Au début, une simple gêne est ressentie lors de certains mouvements. La gêne disparaît dès que l‘activité cesse. Par la suite, la gêne ne sera plus occasionnelle mais persistante, activité ou pas. Au fur et à mesure de la répétition du mouvement, la gêne se transforme en douleur. Une réelle pathologie s’installe alors et peut déboucher sur une incapacité de travail.

Les symptômes des troubles musculo-squelettiques

Douleur, rougeur, gonflement, raideur, affaiblissement ou encore perte de force musculaire sont des caractéristiques fréquentes des TMS. Les troubles musculo-squelettiques s’attaquent aussi bien aux muscles qu’aux tendons et aux nerfs. Les principales zones du corps qui sont touchées sont le cou, les épaules, le dos, les poignets, les coudes et les genoux. Les symptômes et les zones touchées varient d’une personne à l’autre et varient suivant le métier effectué. 

Les TMS sont particulièrement fréquents dans les métiers où il y a une répétition de mêmes gestes.  Ces troubles ne sont pas uniquement causés par l’environnement de travail : l'âge, l’alimentation, la pratique ou non d’un sport, les antécédents familiaux peuvent jouer et favoriser l’apparition de TMS. Le stress et les facteurs psychosociaux sont eux aussi un facteur aggravant l’apparition des TMS.

TMS : maladie professionnelle du secteur de la logistique

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, les employés de bureau ne sont pas exempts de TMS. Le fait de travailler tout le temps assis devant un écran d’ordinateur n’est pas sans conséquence. Les problèmes de nuque, maux de dos et syndrome du canal carpien (lié à l’utilisation d’une souris d’ordinateur) sont le lot des travailleurs sédentaires. Le secteur de la logistique n’est donc pas le seul touché.

Pour le bien-être au travail, il est donc important d’adopter les bons gestes au quotidien et d’éviter les mauvaises postures. Pour cela, il est parfois nécessaire d’adapter son espace de travail pour le rendre plus ergonomique et de travailler avec des outils adaptés. Pour lutter contre les TMS en atelier, Rubafilm a mis au point l’Optiwrapper pour faciliter l’opération de filmage de palette.

Comments
You must be registered

Cliquez ici pour vous enregistrer

Ajouter un commentaire