Nous utilisons des cookies pour vous garantir une meilleure expérience utilisateur sur notre site web. Si vous continuez à utiliser ce site, cela suppose que vous acceptez ceux-ci. En savoir plus

Lutter contre les TMS et réduire la pénibilité au travail

Publié le : 10/02/2019 12:15:20 Catégories : Santé - Réduction de la pénibilité

Lutter contre les TMS et réduire la pénibilité au travail

TMS est l’abréviation de Trouble Musculo-Squelettique, autrement dit les troubles liés aux muscles et au squelette. Les TMS sont à l’origine des maladies professionnelles les plus courantes. Ces troubles touchent bon nombre de travailleurs dans des secteurs bien plus variés qu’on ne le croit.

Quelles sont les conséquences d’un TMS

Les TMS sont dus à des mouvements répétitifs qui s’avèrent usant pour l’ensemble du corps. Mauvaises postures, accroupissement, transport de charges lourdes, répétées de nombreuses fois sur une journée, … Ces tâches peuvent user notre corps et provoquer des douleurs, des raideurs ou des fourmillements.

Les TMS touchent les articulations, mais aussi les tendons, les nerfs et les muscles. C’est bien souvent la partie supérieure du corps qui est la plus affectée (dos, épaules, coudes ou poignets) mais les genoux ne sont pas épargnés pour autant.

Ils se manifestent par des maux de dos, tendinites, épicondylite (douleur au coude aussi appelée “tennis elbow”) et le syndrome du canal carpien.

Quels sont les métiers touchés?

L’apparition d’un TMS va être lié à la fréquence, la répétition mais aussi à la posture ou encore à des chocs ou des vibrations. On classera donc les métiers touchés en deux catégories :

●      les métiers qui utilisent la force: manutentionnaires, préparateurs de commande, métiers de la construction, éboueurs, etc.

●      les travails impliquant une répétition de petits mouvements : caissières, coiffeurs, travail à la chaîne, infirmiers, bouchers, boulangers, etc.

Les employés de bureau aussi touchés par les TMS

Être assis sur une chaise toute la journée est évidemment moins physique que d’autres métiers, mais il s’agit néanmoins d’une posture contraignante pour le corps et extrêmement répétitive puisque les employés de bureaux passent fréquemment plus de 8 heures par jour assis sur une chaise face à leur écran d’ordinateur. La nuque est bien souvent touchée dans ce type d’emploi étant donné que l’on est constamment penché sur son ordinateur. Le TMS le plus fréquent dans ce cas de figure reste le syndrome du canal carpien. Une douleur liée  à la manipulation d’une souris d’ordinateur. Le travailleur ressent des picotements et des engourdissements au niveau des doigts dus aux nerfs pincés de ses poignets.

Stress et facteurs psycho-sociaux

En dehors d’un effort physique, il y a d’autres types de sollicitations qui peuvent avoir des répercussions sur le corps. L’ambiance et les conditions de travail mais aussi le rythme ou le manque de repos peuvent être des facteurs aggravants. C’est ce que l’on appelle les facteurs “psycho-sociaux”.

Le stress est en fait clairement partie. Il peut causer en effet un manque d’attention qui peut entraîner des accidents. Par ailleurs, le stress va aussi avoir tendance à rigidifier notre corps et nos muscles. Faire un effort physique dans ces conditions risque d’abimer encore plus notre état physique et causera plus facilement des blessures.

Réagissez directement

N’attendez pas pour réagir ! Ne laissez pas les choses s’aggraver et prenez les choses en mains directement. Si vous traitez le problème dès les premiers symptômes, vous ne laisserez pas le temps au TMS de se développer et éviterez qu’il se transforme en maladie professionnelle.

Comments
You must be registered

Cliquez ici pour vous enregistrer

Ajouter un commentaire