Nous utilisons des cookies pour vous garantir une meilleure expérience utilisateur sur notre site web. Si vous continuez à utiliser ce site, cela suppose que vous acceptez ceux-ci. En savoir plus

La règle des “5 R”, nouvelle règle d’or de l’emballage.

Publié le : 05/05/2022 15:01:59 Catégories : Economie - Ecologie , News

La règle des “5 R”, nouvelle règle d’or de l’emballage.

Refuser, Réduire, Réutiliser, Recycler et Redonner à la terre. Tels sont les désormais célèbres “5R” de Bea Johnson et son best-seller "zéro déchet”. Le secteur de l’emballage s’en est inspiré pour créer ses propres “5R” et guider sa nouvelle ligne de conduite en faveur d’une économie plus circulaire et d'un emballage plus éco-responsable. 

Les 5R d’un secteur de l’emballage plus vert

Réduire, réutiliser, remplacer, renouveler et recycler. Voici les 5R relatifs au milieu de l’emballage. Ce secteur est en pleine transition et en pleine remise en question pour répondre aux nouvelles attentes concernant les emballages plastiques. Ces attentes proviennent des consommateurs d’une part, qui réclament un emballage de plus en plus écologique. D’autre part, par les normes et législations qui induisent le passage d’une économie linéaire à des process plus circulaires, comme le font les pays nordiques depuis des années déjà.

Réduire

Avant de parler de tri de déchets, de recyclage ou de réemploi, le premier réflexe à adopter est de réduire tout simplement la quantité de déchets que l’on produit. C’est en effet la base. Il y a donc lieu de réfléchir à comment réduire la taille de l’emballage pour ainsi générer moins de déchets et payer au final moins de taxes sur le recyclage de l’emballage. L’utilisation du film étiré répond à ce critère puisqu'il divise par deux le poids du film de palettisation déposé pour assurer le maintien des charges pendant le transport. En savoir plus sur le film étiré.

Réutiliser

Une fois l’emballage optimisé et réduit à sa quantité/taille la plus stricte, on va envisager les solutions pour pouvoir réutiliser ce dernier.  On évite donc les emballages à usage unique et on favorise ceux qui sont réutilisables. Au rayon « ré-emploi » dans l’emballage tertiaire, on trouve les cartons et les intercalaires de palettisation antiglisse.  L’un comme l’autre peuvent à l’arrivée chez un client être facilement stockés pour être réutilisés plusieurs fois. Ils connaitront plusieurs vies, plusieurs charges !

Remplacer

Il n’est pas toujours possible de réduire la quantité d’emballage nécessaire à la protection d’un produit ou d’un transport, ni de pouvoir réutiliser cet emballage. Dans ces cas, pour minimiser son empreinte écologique, il y a lieu de remplacer les matériaux traditionnels par des matériaux plus éco-responsables et/ou plus facilement recyclables. Notre film pré-étiré répond encore une fois à ces attentes. Film de nouvelle génération, il ne demande aucun changement dans vos process et vous garantit une sécurité d’usage au moins aussi qualitative que les films habituels… Sauf qu’il offre de nombreux atouts « verts » dont il serait dommage de se passer aujourd’hui. Découvrez-en plus ici.

Renouveler

Le quatrième “R” est celui de “renouveler”. Il est donc ici question de privilégier les matériaux d’emballage conçus à partir de matières renouvelables. D’où l’engouement pour le papier/carton issus de forêt PEFC, et dont le bilan carbone est souvent positif (ce qui fera l’objet d’un autre article :-). Il existe également de nouveaux matériaux plastiques créés à partir de matières biosourcées. C’est le cas de notre film étirable biosourcé pour machine conçu à base de PE et de 60% de matières organiques renouvelables (cannes à sucre extraites du flux résiduel).

Recycler

Enfin le dernier “R” pour “recycler”. L’enjeu ici est d’utiliser un emballage qui sera facilement recyclable. Une question qu’il convient de se poser bien en amont, des la conception du packaging ou de l’envoi du colis et de la palette. Que va devenir l’emballage une fois le produit déballé ou la palette une fois arrivée à bon port ? La solution du mono-matériau est souvent recommandée car elle facilite le recyclage, une seule et même poubelle suffisant. Plus besoin de manipulation, ni même de tri pour recycler ses déchets. Les films de palettisation en polyéthylène, étirables et étirés, même imprimés, rentrent aussi dans cette catégorie ; le PE pouvant être revalorisé plusieurs fois pour générer des films de palettisation à base de PE recyclés ou tout simplement des coiffes, ces dernières ne demandant pas de propriétés mécaniques complexes. Plus d’infos

Alors, le ou lesquels de ces “5R” pensez-vous pouvoir appliquer ? Et si on en discutait ?

Appelez nos conseillers, ils sauront vous guider vers la solution adaptée à votre métier !

Comments
You must be registered

Cliquez ici pour vous enregistrer

Ajouter un commentaire